Une expérience de stage PEEN: l’Open Access à l’Université de Liège

Direction la province de Liège dans le plat-pays francophone pour ce stage qui m’a permis de toucher, d’effleurer plutôt, le libre accès aux travaux des chercheurs, plus communément appelé Open Access. Je souhaitais faire un stage dans une institution – université, école ou centre de recherches – qui héberge un système d’archives ouvertes pour les publications de ses membres. Brièvement, l’Open Access est un mouvement mondial qui promeut la libre diffusion des travaux scientifiques sous format numérique. C’est quelque chose que les étudiants sont amenés à utiliser sans le savoir pour leurs travaux. Les institutions reprennent d’une certaine manière la main sur les publications de ses membres qu’elles financent en mettant en place des bases informatiques de dépôts des travaux – les archives ouvertes – mais également des politiques incitatives pour alimenter ces espaces de dépôt. Car aujourd’hui, le constat est sans appel : devant les bénéfices records réalisés par quelques grandes maisons d’édition, les budgets d’acquisition des bibliothèques universtaires ne font que pâle figure. La démarche est salutaire car elle permet de faire partager les travaux et de facto les connaissances. Derrière ce rapport de force, il ne s’agit pas de tomber dans une vision trop manichéenne, qui saluerait les chercheurs et critiquerait les éditeurs. Malheureusement, après trois mois de stage, je n’ai pas eu assez de recul pour mieux approfondir ce phénomène qui prendra de l’ampleur avec notamment l’implication plus manifeste du politique.

Même s’il ne s’agissait pas de mon premier choix d’accueil, l’Université de Liège (ULg) constitue sur ce point un élément de choix. Son outil, ORBi, est aujourd’hui la vitrine de la production scientifique des chercheurs. Ces derniers alimentent chaque jour cette base par le dépôt de leurs travaux. Ce dépôt est encouragé voire obligé par le mandat autrement dit la politique en matière de diffusion des produtions scientifiques en vigueur à l’ULg. Pour résumer, les évaluation de carrière et les demandes de subvention, étape incontournable dans la carrière des chercheurs, sont exclusivement guidées par les références présentes sur ORBi. La spécificité de l’ULg réside sur trois points : cette politique forte dessinée par les autorités administratives, une implication des chercheurs dans le travail de dépôt et un outil informatique simple et polyvalent. Ces aspects théoriques sont fondamentaux pour comprendre notre environnement de travail. Et je dois dire qu’il nous a fallu du temps pour bien le saisir.

 

J’avais comme tâche principale de mettre au point un panorama de la situation de l’Open Access à l’ULg. L’occasion était pour le service de prendre le pouls de l’Open Access et de pouvoir cibler ses futures actions. En travaillant sur la base ORBi, j’ai pu, avec de la difficulté liée à l’environnement de travail, décrire l’évolution des dépôts par département, en réalité par discipline, et identifier par là des tendances chronologiques. Entre 2007 et 2014, ces données permettraient de mettre en avant des disciplines pour lesquelles le taux de dépôts de références en Open Access augmentait. Outre ces tendances, la forme et la variété des contenus en ligne était aussi à l’honneur. Contrairement à ce que je pensais, la recherche prend forme à travers le traditionnel article de revue, mais aussi dans des ouvrages, des supports de présentations, des bases de données… Il faut garder en tête que si le dépôt des publications est obligatoire à des fins d’évaluation, il peut s’effectuer selon deux modalités d’accès : l’accès restreint limite la communication des écrits tandis que l’accès ouvert correspond à l’Open Acess. Face à cette vision d’ensemble, il y avait un certain nombre de problèmes de méthode, notamment statistiques qu’il a fallu soit détailler soit laisser de côté tout en indiquant notre fragilité. Excel était mon ami et les tableaux croisés dynamiques mes complices pour traiter l’ensemble des données de la plate-forme ORBi. À trop vouloir s’attacher à un travail universitaire, j’en ai oublié ce que je savais ou ne savais pas faire.

Le point le plus enrichissant était les rencontres avec les chercheurs. En effet, lorsque je relevais des profils très peu enclins à déposer leurs travaux en Open Access sur ORBi, je leur ai demandé d’en discuter au travers d’un questionnaire oral avec eux. L’objectif était clair, il s’agissait de comprendre leurs motivations voire leurs craintes de rendre leurs travaux accessibles en ligne sur ORBi. Durant trois semaines, j’ai rencontré 28 chercheurs de disciplines différentes pour évoquer avec eux leur comportement sur ORBi. Bien souvent, les auteurs agissent sans connaître réellement leur droit et extrapolent sur l’action des éditeurs, à leur encontre, dans le cas où ils ne seraient pas dans la légalité. C’est donc plus vers la communication que les efforts devraient être concentrés. J’ai eu la chance d’être très bien intégré à l’équipe de la direction des bibliothèques de l’ULg, qui a toujours pu répondre à mes interrogations. Néanmoins, entre d’une part les activités du service et d’autre part ma volonté de faire avancer les choses rapidement, je ne peux pas dire que mon travail se soit déroulé sereinement. En revanche, quelle chance de pouvoir durant trois mois m’inscrire par mon travail dans un des plus grands modèles d’application de l’Open Access !

À la fois patrimoine – pour la valorisation des activités de recherche – et édition pour les rapports entretenus entre les auteurs, les éditeurs de contenus scientifiques et les institutions publiques, ce stage reste atypique pour cette formation. En fin de course, difficile à dire aujourd’hui si cela me sera utile dans le domaine professionnel. La candidature à des postes de chargé de référencement dans des archives ouvertes comme HAL, Érudit, est toujours possible mais les postes se comptent sur les doigts d’une main. Un conseil pour les étudiants de cette année, pour terminer : il faut demander à ceux qui vous ont accueilli ce qu’ils font, quel est leur travail, comment le font-ils et comment ils sont organisés…

Charles-Edouard Drobecq

Promotion PEEN 2014-2015

https://www.linkedin.com/profile/view?id=266722057

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *