Une expérience de stage PEEN: E-STAMPAGES, création d’une bibliothèque numérique d’estampages d’inscriptions grecques

Le programme E-stampages, commencé en janvier 2015, est porté par le laboratoire HiSoMA à Lyon et par l’École française d’Athènes, en collaboration avec le Pôle Systèmes d’Information et Réseau (PSIR) de la MOM et le Digital Epigraphy and Archeology Project de l’Université de Floride. Financé par BSN5 et membre du consortium CAHIER, son objectif est de réunir au sein d’une bibliothèque numérique les très riches collections d’estampages d’inscriptions grecques de ces deux institutions, à des fins de conservation, de valorisation patrimoniale et de diffusion 3D pour créer un estampage en ligne utilisable par les chercheurs (Pour un exemple d’estampage 3D, c’est par ici). C’est ainsi que pendant six mois, j’ai effectué mon stage au sein du laboratoire HiSoMA pour contribuer à l’élaboration de cette bibliothèque, sous la direction de Michèle Brunet, professeur à l’Université Lumière Lyon 2 et chef de projet, et Adeline Levivier, doctorante à l’Université Lumière Lyon 2 et chef de projet déléguée. Ma mission principale a été de réfléchir au choix d’un outil de diffusion, à travers des recherches et des tests sur des CMS. À cette première mission, s’en est adjointe une deuxième, qui lui est étroitement liée : la réflexion sur les normes et les outils de gestion des métadonnées.

La découverte d’une ressource: l’estampage

Avant d’aborder mes missions de stage, je souhaite m’arrêter un instant sur l’estampage, une ressource originale, dont les problématiques ont conditionné mes recherches. L’estampage est une feuille de papier spécialement conçue pour prendre l’empreinte d’une inscription gravée sur une pierre, après avoir été mouillé et frappé avec une brosse. Maniable et transportable, il est le support de travail privilégié des épigraphistes et permet de garder une trace pérenne de l’inscription. Cependant, il ne peut pas se réduire à la simple reproduction d’un texte gravé. À la fois texte et objet, c’est au contraire une ressource complexe, à la croisée des disciplines (archéologie, littérature, histoire…) et des univers (archives, musées…). Cette particularité est liée à la nature tridimensionnelle de l’estampage, support d’une inscription elle-même dépendante du monument sur lequel elle a été gravée et inscrite dans un contexte d’exposition précis, le site archéologique.

Réflexions autour des métadonnées des estampages

En raison de cette nature complexe, les métadonnées doivent porter sur l’estampage en lui-même, sur l’inscription et sur son support. L’objectif a donc été de trouver un standard et des outils capables de prendre en compte ces trois dimensions. Dans un premier temps, j’ai réfléchi au passage des données depuis ICA-AtoM, un logiciel open source de description archivistique en EAD, vers l’outil de diffusion. De ces réflexions, plusieurs scénarios ont émergé, mais ils se sont révélés insatisfaisants, car conduisant à des ambiguïtés et des approximations.

Pour éviter cela, il s’est avéré préférable de réfléchir d’abord aux données, puis de trouver un outil pour les traiter, et non l’inverse. C’est ainsi qu’a émergé l’idée d’une base de données native en XML, qui en plus de garantir interopérabilité et stabilité aux données, permet de se concentrer uniquement sur ces dernières. Pour cela, j’ai contribué à la réalisation d’une modélisation de données qui, en éclatant les informations contenues dans les deux bases de données d’estampages, met en évidence toutes les données à prendre en compte et les relations qu’elles entretiennent entre elles. Cette modélisation, d’abord réalisée sous forme de schéma, peut ensuite s’exprimer avec une ontologie. Ce travail de description des données permet de réaliser un mapping de ces dernières, puis de faire des scénarios de transformation vers d’autres formats (EAD, Dublin Core) par le biais d’une feuille XSLT.

L’ontologie permet d’exprimer, d’organiser et d’enrichir des données hétérogènes, à l’aide de classes et de propriétés. Sans entrer dans les détails techniques, on constate dès lors son intérêt pour l’estampage, qui est lui-même un ensemble de données hétérogènes. En effet, l’ontologie permet de traiter toutes les métadonnées et offre une analyse précise des collections pour adopter le standard le plus approprié. C’est également une façon de s’adapter aux attentes des différentes communautés scientifiques qui utilisent les estampages, mais aussi de pouvoir réutiliser les données à d’autres fins.

Pour des raisons de temps et de corpus, ce scénario a évolué avec l’intervention de Nakala, un service de la TGIR Huma-Num, qui transforme les données, contenues dans des fichiers Excel ou XML, en Dublin Core et les intègre dans un graphe RDF, le format utilisé par les ontologies. Cette solution permet donc de conserver cette idée de stabilité, d’interopérabilité et de réutilisation des données induite par l’ontologie.

Diffuser des estampages: le choix d’un CMS

Les données ainsi structurées peuvent alors être diffusées sur le Web par le biais d’un CMS (Content Management System). Avant de réfléchir aux outils, j’ai dans un premier temps réalisé un état de l’art des autres bibliothèques numériques d’estampages. Cette première étape m’a permis d’analyser les bonnes et les moins bonnes pratiques, de commencer à ébaucher quelques critères pour le projet, mais aussi d’en apprendre plus sur l’épigraphie, discipline qui m’était alors inconnue. À partir de ce travail, j’ai pu identifier des besoins et établir une grille de critères pour y répondre et pour sélectionner un outil adapté au projet. J’ai divisé ces critères en quatre catégories :

  • La structuration et la manipulation du contenu
  • L’exploitation du contenu
  • Le graphisme
  • Les contraintes

Cette méthode, associée à de nombreuses lectures, m’a permis de sélectionner quatre CMS, qui m’ont semblé correspondre aux besoins du programme : Omeka, Collective Access, DSpace et Drupal. Après une phase de tests, j’ai préconisé Omeka. En effet, créé pour la diffusion des collections d’archives, cet outil dispose de nombreux atouts pour le programme : création d’arborescence à plusieurs niveaux, exposition des métadonnées en Dublin Core Extended, moissonnage des données, création d’expositions…

Les deux derniers mois de mon stage ont alors été consacrés à la réalisation d’un prototype. Ce travail purement technique m’a permis de me rendre compte de toutes les potentialités d’Omeka en utilisant uniquement les commandes à disposition. Toutefois, si l’on souhaite personnaliser son portail, un détour par le code PHP est incontournable. Le prototype créé permettra ensuite d’identifier les problèmes de navigation ou d’organisation et d’ouvrir la discussion pour améliorer la future interface du programme.

Analyse SWOT du CMS Omeka

Analyse SWOT du CMS Omeka

Une expérience enrichissante

Participer au programme E-stampages a été une grande opportunité. Non seulement, j’ai pu mettre en pratique et améliorer les connaissances acquises au cours du master, mais aussi développer de nouvelles compétences, en étant confrontée à une ressource très différente du manuscrit et surtout en étant en étroite collaboration avec Adeline Levivier à travers de nombreux échanges sur les estampages, l’épigraphie et le numérique. Ces derniers m’ont permit d’approfondir et d’affiner mon travail, celui-ci étant ensuite vérifié par Michèle Brunet.

Les nouveaux enjeux que j’ai rencontrés ont contribué à élargir ma vision des Humanités Numériques, de la recherche en général et des relations que ces deux domaines entretiennent entre eux. Cette immersion dans un programme qui venait d’être lancé m’a fait prendre conscience que son déroulement n’est pas linéaire, mais au contraire rythmé par des essais, des découvertes, des échecs et des succès. Pour faire face à chaque situation, il faut mobiliser des compétences diverses, aussi bien techniques que scientifiques, soit accepter la polyvalence et la collaboration, deux points qui me semblent essentiels pour définir les Humanités Numériques.

Suite au master PEEN et à ce stage, j’ai été acceptée en thèse à l’Université Grenoble Alpes, avec pour sujet « Bibliothèques enrichies : les utilisateurs et leurs interfaces » dans le cadre du projet FonteGaia, une bibliothèque numérique collaborative de littérature italienne.

Elina Leblanc

Promotion PEEN 2014-2015

Références de l’estampage: Estampage 300002 ou PH00005, de la collection Delphes en Phocide, avec comme référence de publication: RF, 112. La pierre est conservé au Musée de Delphes (n°1764).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *