Une expérience de stage PEEN: à la bibliothèque de l’Observatoire de Paris

Crédits : Observatoire de Paris

Crédits : Observatoire de Paris

J’ai effectué un stage de quatre mois au sein de la bibliothèque de l’Observatoire de Paris en binôme avec Gwenaëlle Duport. Ce fut un stage agréable et formateur. L’équipe de la bibliothèque nous a accueilli et s’est montrée disponible, dans la mesure de ses moyens, pour nous aider. Dès notre arrivée, nous avons dû nous former en autonomie au format XML-EAD que nous ne connaissions pas, afin de pouvoir manipuler les instruments de recherche XML-EAD de la bibliothèque. Ces instruments ont été notre base de travail pour la plus grande partie de notre stage, il était donc essentiel de connaître ce format. L’arrivée dans un stage basé sur un format inconnu peut impressionner, mais il ne faut pas hésiter à se plier à l’exercice de l’autoformation.

Les missions qui m’ont été attribuées au début et tout au long de mon stage ont été les suivantes :

  • Participation à un projet de numérisation (fichier de récolement, constat d’état, contrôle qualité des fichiers numériques, etc.).
  • Le traitement des métadonnées des différents projets de numérisation dans l’optique d’une intégration dans une bibliothèque numérique (mapping de données, modification d’inventaire XML-EAD, etc.).
  • La préparation de la dite bibliothèque numérique du point de vue du paramétrage et de la sélection des plugins nécessaires.

Ma principale tâche a été de préparer des métadonnées pour la création d’une bibliothèque numérique sous Omeka. Le corpus sur lequel je travaillais était très dense et diversifié puisqu’il s’agissait de documents tirés de plusieurs programmes de numérisation aussi bien en livre ancien qu’en documents iconographiques. Les métadonnées de ces projets sont en XML-EAD, un format de balisage de texte utilisé principalement pour les fonds archivistiques. Or, Omeka utilise un autre format : le Dublin Core. Il a donc été nécessaire de créer des scripts afin de passer d’un format à l’autre. Ces scripts ont été créés par l’informaticien rattaché à la bibliothèque sur la base de mapping que j’ai rédigé.

Qu’est-ce qu’un mapping ? Un mapping consiste à mettre en équivalence des termes ou des éléments de deux langages ou formes de documents, afin d’en transférer le contenu de l’un vers l’autre. Il s’agit de créer un dictionnaire bilingue prenant en compte les spécificités de chacun des formats. La première étape pour les créer a donc consisté à appréhender les logiques de fonctionnement derrière nos modèles de métadonnées : le XML-EAD et le Dublin Core. Pour cela, il a fallu se documenter afin de bien comprendre les différentes balises que j’avais à ma disposition et leurs potentielles équivalences. Cette réflexion a dû être menée avec beaucoup de minutie puisque l’efficacité des scripts d’une part, et l’interopérabilité de la bibliothèque numérique d’autre part, dépendent des mappings. Ce ne fut pas une tâche simple puisque nous passions d’un format comportant beaucoup de balises différentes (150) et gérant l’héritage d’informations d’un niveau à l’autre, à un format restreint : le Dublin Core ne propose que 15 balises dans sa version la plus simple et fonctionne sur une logique totalement différente. La création d’un mapping est une tâche laborieuse, parfois ingrate qui demande de l’imagination et une bonne capacité de réflexion. Pour le premier mapping que j’ai créé, 11 versions ont été nécessaires afin de parvenir à une extraction optimale et propre des métadonnées. Ce nombre aurait pu être diminué avec plus d’attention apportée à la rédaction des instructions et surtout à la structure des documents d’origine.

Comparaison d'une même notice en XML-EAD et en Dublin Core

Comparaison d’une même notice en XML-EAD et en Dublin Core

Pour moi, il faut appréhender un mapping comme une traduction : en ne perdant jamais de vu l’adage « traduire c’est trahir ». Les choix qui sont fait conditionnent l’affichage et la compréhension des données. Il y a toujours une perte d’information, et mon rôle a été de faire en sorte qu’elle soit minime.

Une fois les mapping optimisés, les résultats des extractions de données générées par les scripts ont pu par la suite être intégrés dans la bibliothèque numérique. En effet, le mapping n’est pas une fin en soi : il s’agit d’un outil. Le but de mon stage était de créer une bibliothèque numérique, les métadonnées en sont une des bases avec les documents numériques. Je regrette de ne pas avoir pu participer jusqu’à la fin à la création de la bibliothèque, cependant j’ai participé à la préparation de la suite du projet, ce qui m’a permis de quitter l’Observatoire de Paris avec l’impression d’avoir terminé quelque chose.

Ce stage m’a énormément apporté du point de vue du travail en équipe puisque la création de la bibliothèque numérique a demandé la participation de plusieurs personnes de la bibliothèque. Je me suis rendue compte de la difficulté de tenir un calendrier dans ce type de projet puisque les participants ne pouvaient pas s’investir à 100%, leurs tâches quotidiennes passant bien évidemment avant le projet. Cette expérience a été aussi l’occasion de définir mes affinités dans les tâches qui m’ont été demandées. Une préférence pour le travail informatique était déjà ressorti des cours du CESR, mais je sais maintenant que la manipulation de données et la proximité avec l’outil informatique sont mes points forts et ceux dans lesquels je m’épanouis le plus. Cette réalisation me sera d’une grande utilité dans ma future recherche d’emploi.


Une présentation plus complète de mon stage est présente sur mon blog : Harellaurie.wordpress.com


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29/09/2016

    […] sur mon billet sur le blog du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *