Une expérience de stage PEEN : Numérisation et interopérabilité à la Bibliothèque de l’Observatoire de Paris

Droits réservés.

Observatoire de Paris – Droits réservés

A la différence de mes pairs de promotion PEEN, j’ai effectué mon stage de fin d’études dans la même institution que Laurie Harel, qui fait partie de la même promotion que moi. Nous avons travaillé en binôme, à la Bibliothèque de l’Observatoire de Paris pendant quatre mois afin de réaliser trois missions. La première consistait à participer à un projet de numérisation des correspondances et des archives de l’astronome Jean-Dominique Cassini. La seconde mission, quant à elle, a été plus ardue. En effet, il s’agissait de travailler sur la conversion de métadonnées encodées en XML-EAD (Encoded Archival Description) vers le Dublin Core afin de les intégrer dans le CMS Omeka (système de gestion de contenu), un logiciel libre permettant de créer et gérer une bibliothèque numérique. Enfin, notre ultime mission a consisté en la rédaction d’un cahier des charges pour la mise en place de la bibliothèque numérique, ainsi qu’une étude des besoins pour celle-ci.

Crédits : Observatoire de Paris. Projet de numérisation 2016. Tous droits réservés.

Extrait d’une lettre de la numérisation 2016 – Crédits : Observatoire de Paris. Droits réservés.

Au terme de ces quatre mois de stage, mes missions m’ont permis d’acquérir de véritables aptitudes pratiques et techniques dans la gestion d’un fonds à numériser, à savoir : préparer les pièces pour la numérisation, compléter le fichier de récolement et établir le cahier des charges, et surtout contrôler la qualité des vues numérisées. Quant au volet sur les métadonnées, je souligne l’importance d’une réflexion intellectuelle en amont, surtout lorsqu’on ignore plus où moins tout sur le format XML-EAD. Certes, l’apprentissage de la DTD TEI (Text Encoding Initiative) me permettait d’avoir une approche globalisante de l’EAD, puisqu’il s’agit de deux formats en langage XML, mais pas dans le détail. Ce qui m’a été salvateur est d’une part, les ressources en ligne qui m’ont permis une appropriation rapide de l’EAD, et d’autre part, le travail d’équipe fructueux afin d’établir des correspondances vers le Dublin Core (autre vocabulaire XML pour le partage de ressources numériques via le protocole OAI-PMH, Open Archive Initiative) pour un affichage optimisé des données en ligne. Enfin, je tiens à signaler que les questions liées à l’interopérabilité des ressources n’ont jamais été aussi importantes à mes yeux qu’aujourd’hui. Lorsque ma formation n’était pas encore achevée, ces préoccupations me semblaient lointaines, voire obscures. Indéniablement, la mise en place de la bibliothèque en ligne m’a permis de comprendre tous les enjeux liés à la visibilité des données sur internet, notamment grâce à l’utilisation de formats qui permettent une interopérabilité optimale. De même, toutes les problématiques liées à l’identification pérenne des ressources ont été des enjeux majeurs. En effet, nous avions pris conscience que le système d’ARK est le moyen actuel répandu afin d’assurer la pérennité des ressources numériques, et surtout de leur attribuer des identifiants uniques. Mais il s’est avéré que ce chantier ne pouvait être encore entrepris par la Bibliothèque, faute de moyens humains. Ainsi, malgré les pratiques actuelles, notre idéal a dû s’incliner face à la complexité de la mise en place du système ARK.

Les connaissances acquises au cours de ma formation en PEEN, notamment en termes de gestion de projet et en Humanités Numériques ainsi qu’en édition image ont été les plus sollicitées. En effet, loin d’être de simples enseignements théoriques, ils m’ont permis dans la pratique, d’être d’une réactivité sagace lorsque l’équipe nous demandait notre avis, notamment sur la mise en place des identifiants ARK. A ce titre, j’ai noté que pour certaines décisions concernant l’intégration des données dans la bibliothèque numérique, nous étions seules face à nos choix, sans pouvoir nous reposer sur l’équipe. Et malgré mes doutes lorsque l’équipe pédagogique insistait sur le fait que nous, stagiaires, étions parfois les seul(e)s compétent(e)s dans notre domaine d’action, j’ai constaté que cela était vérifiable sur le terrain. D’ailleurs, cela fera de vous des ingénieurs médiateurs capables de justifier vos choix et de les motiver auprès d’une équipe qui ne maniera pas forcément le même degré de technicité que le votre.

Soyez sereins : les sept mois de formation à venir vous permettront de vous réaliser et de faire de vous, non pas des exécutants, mais bel et bien des ingénieurs, c’est-à-dire, des inventeurs…


Pour plus de détails sur mon parcours : duportgwenaellecv.wordpress.com

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *