Une expérience de stage PEEN : constitution d’un corpus « Bibliothèque Humaniste » pour la bibliothèque numérique Overnia

Lors de mon stage, je souhaitais pouvoir réinvestir mes connaissances acquises en livre ancien dans le cadre professionnel d’une bibliothèque, domaine auquel je me destine. Aussi l’offre de stage à la Bibliothèque du Patrimoine de Clermont-Communauté m’a semblé particulièrement intéressante.

La Bibliothèque du Patrimoine est l’une des 54 Bibliothèques municipales classées françaises, ainsi qu’un des pôles associés de la BnF. Elle mène donc des missions de lecture publique, de conservation et valorisation du patrimoine, ainsi que le dépôt légal imprimeur en Auvergne. La Bibliothèque du Patrimoine faisait partie du réseau des Bibliothèques Municipales et Inter-Universitaires de Clermont-Ferrand, et présente toujours des missions propres à une bibliothèque de recherche, notamment parce qu’elle possède un riche fonds de documentation régional et parce qu’elle héberge le Centre International Blaise Pascal.

L’établissement présente actuellement une bibliothèque numérique solide, avec des objectifs clairs et plusieurs projets en perspective. Elle est ainsi fréquemment enrichie de nouveaux corpus numérisés et de nouvelles exposition virtuelles. Leurs collections d’ouvrages numérisées ont la particularité d’être construites selon un classement thématique, les rendant plus accessibles. L’un de leurs projets visait à créer un corpus « Bibliothèque Humaniste » basé sur leur fonds de livres imprimés des XVe et XVIe siècles : c’est l’objectif qui m’a été donné.

Missions

Le projet sur lequel j’ai travaillé était donc la constitution d’un corpus « Bibliothèque Humaniste » et consistait au travail préparatoire à la numérisation de ce corpus : cartographier le fonds de la Renaissance et le classer.

Avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque du Patrimoine de Clermont-Communauté, cote I 514

Le bibliophile de la Nef des Fous. Avec l’autorisation de la Bibliothèque du Patrimoine de Clermont-Communauté, cote I 514.

Dans un premier temps, j’ai donc rassemblé les notices des ouvrages de la période concernée et les ai classées selon des thèmes larges. Ce faisant, j’ai pris connaissance du fonds, m’en suis imprégné pour percevoir ses tendances et sa richesse. Dans un deuxième temps, j’ai opéré un classement thématique plus strict et plus fin, appuyé sur mes lectures, pour faire émerger une ébauche de plan de classement. Dans un dernier temps, basé sur ma cartographie du fonds et sa catégorisation, j’ai établi un plan de classement stable et viable, avec des thématiques cohérentes et suffisamment représentées par les ouvrages du fonds de la bibliothèque.

Ce travail de classement et d’organisation d’un fonds ancien s’est fait de manière pragmatique et empirique, dans un soucis de rigueur et d’accessibilité. Il n’existe pas de méthode stricte et la tâche est ambiguë : nos thématiques et disciplines de classement du savoir ne se transposent pas sur la production intellectuelle de la Renaissance. Les disciplines scientifiques n’étaient pas cloisonnées et on pouvait traiter de géométrie, d’astronomie et de géographie dans un même livre. La Philosophie, cet amour de la sagesse et science du raisonnement, est omniprésente. Les sciences dites occultes avaient droit de cité (l’astrologie, la pronostication ou la chiromancie). De plus certains titres ou certains genres littéraires peuvent de nos jours prêter à confusion pour un lecteur moderne (ainsi une cosmographie parle moins du cosmos que de la Terre). C’est fascinant de travailler sur un fonds ancien, mais cela devient déstabilisant quand il s’agit de le classer et le normaliser, alors même que comme toute production écrite il échappe à une classification stricte.

Bilan

Pour la bibliothèque, le travail préliminaire à cette numérisation de corpus est donc réalisé. Reste la partie technique à mettre en oeuvre : numériser les ouvrages retenus en les faisant rejoindre les prochains trains de numérisation, et publier en ligne les documents électroniques obtenus. De plus, ayant maintenant une meilleure connaissance de son fonds, la bibliothèque peut nourrir la perspective de construire une exposition virtuelle sur le thème de l’Auvergne à la Renaissance.

Pour moi, ce fut une expérience riche d’enseignements et d’émerveillement. Elle m’a permis de réinvestir mes connaissances en Histoire du livre et en Histoire de la Renaissance et comprendre le fonctionnement d’un fonds ancien, d’un service de numérisation et leur coopération. Le service de numérisation étant le point de rencontre entre la bibliothèque (et ses problématiques bibliothéconomiques, de conservation et de diffusion) et les prestataires informatiques (et leurs compétences et contraintes techniques).

Ce stage aura renforcé mon projet professionnel en me donnant à vivre l’activité d’une bibliothèque patrimoniale et de recherche. Mais plus encore, il aura constitué une expérience humaine riche, mes collègues ayant toujours été présents et ouverts pour me guider et me soutenir dans cette entreprise.

Florian Selleron – Promotion PEEN 2015-2016


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *