Une expérience de stage PEEN : Mise en place d’un site de visualisation de transcriptions collaboratives

Le stage que j’ai réalisé à l’université Grenoble-Alpes pendant quatre mois m’a permis d’approfondir les compétences en informatique que nous avons acquises au cours de l’année et de participer à un projet en humanités numériques, plus particulièrement orienté vers l’aspect du collaboratif de la transcription en vue d’une publication d’une édition numérique.

Le projet auquel je me suis intégrée, PHuN2.0 (Patrimoine et Humanités numériques collaboratives), se revendique du travail collaboratif et implique des interfaces de saisies et de visualisation ne nécessitant peu de connaissances techniques – voire aucune – pour les utilisateurs/transcripteurs  afin qu’ils s’approprient rapidement l’outil et les fonctionnalités web mises à disposition.

Mon stage s’est axé autour de deux missions : dans un premier temps l’établissement de DTD (Document type definition), des grammaires de transcription en vue de la normalisation et la structuration homogène des textes numériques produits, ainsi que dans un second temps la création d’un site de visualisation des transcriptions afin d’n permettre l’affichage, la consultation et l’interrogation en ligne.

Projets de transcription collaborative & génétique des textes

La première mission de stage était orientée vers deux projets de transcription, et plus particulièrement sur l’établissement de normes de transcription.

Le premier projet, la correspondance de Proust, était déjà bien avancé et je n’ai finalement que peu travaillé dessus. Je me suis en revanche pleinement investie sur le second projet : les brouillons du livre La Réticence de Jean-Philippe Toussaint pour lequel l’axe de recherche vise à l’étude génétique du texte.

La génétique des textes consiste à réinterpréter l’œuvre de l’écrivain, en suivant son processus de création à partir de différentes sources, qu’il s’agisse de notes, de brouillons ou bien de correspondance. Quels ont été les choix de l’auteur au regard de ces documents ? Dans quel ordre ses brouillons ont-ils été rédigés ?

En ce qui concerne les normes de transcription et de structuration dédiées à ce projet, le choix a été fait par mon équipe d’accueil à Grenoble de ne pas utiliser de vocabulaire standards international tel que la TEI (Text encoding initiative). C’était un choix déjà mis en œuvre de leur côté, auquel j’ai dû m’adapter. Chaque projet mené doit en conséquence décrire ses propres besoins et son propre vocabulaire de balisage structuré en langage XML : la DTD ou document type Definition est ainsi personnalisée pour répondre aux besoins spécifiques, ce qui permettra par la suite, au cours de la saisie, de vérifier la validité du fichier XML et d’assurer une bonne et homogène structuration des transcriptions.

Le sens littéraire n’étant pas primordial dans notre approche de ce texte, il m’a fallu repérer l’ensemble des éléments significatifs d’un brouillon tapé à la machine puis corrigé à la main par l’auteur. Le but est de pouvoir ensuite réutiliser ces informations en comparant deux brouillons du même texte, afin d’en retrouver et proposer une chronologie.

Le projet de transcription doit être mis en production sur une plate-forme collaborative en phase de test, la plate-forme PHuN, conçue et développée par Anne Vikhrova, doctorante à l’université de Grenoble, en vue de déterminer l’attrait du crowdsourcing auprès de différents projets de transcription et de leur équipes ou communautés respectives. Le terme de crowdsourcing, traduit comme « production participative », est définit par le JORF comme étant le « mode de réalisation d’un projet ou d’un produit faisant appel aux contributions d’un grand nombre de personnes, généralement des internautes ». La tâche de transcription est donc dévolue aux internautes.

J’ai donc dû adapter la première grammaire (DTD) du projet pour cette plate-forme, en tentant de perdre le moins d’information possible nécessaires au projet de recherche associé, et en visant comme public les internautes, au sens large, destinés à être les contributeurs.

Une mission orientée développement web

Ma seconde mission était la mise en place du site de visualisation des transcriptions ainsi produites via la plate-forme collaborative.

Plusieurs points de réflexion et besoins fonctionnels ont émergés pour ce site :

  • Être destiné à tous
  • Permettre la visualisation des transcriptions réalisées et la comparaison de fichiers pour les chercheurs
  • Afficher des données utiles
  • Ne pas nécessiter d’accès au code source pour les porteurs de projets, c’est à dire créer des interfaces utilisateurs simples
  • Être adaptable facilement à d’autres types de projets

Nous avons tout d’abord effectué une veille et un comparatif des différents CMS existant et de leurs spécificités. Nous avons ainsi réfléchi en particulier à l’utilisation d’Omeka, qui a l’avantage d’être un site permettant d’intégrer et de proposer des métadonnées interopérables et dont la communauté s’étend de plus en plus. Mais la difficulté de compréhension du code source du CMS au début de mon stage ne m’a pas permis de le paramétrer pour répondre aux besoins du projet nécessaitant des développements spécifiques.

En partant de cette idée, j’ai développé un site par moi-même. Les cours d’informatique dispensés par Alexandre Roulois en Maser PEEN m’ont alors été précieux. Je me suis aussi appuyée sur les questions-réponses des forums de développeur web pour réaliser une partie du code. J’ai en outre récupéré les données du projet pour constituer une base de données.

Pour Conclure

Ce stage à l’université Grenoble-Alpes m’a beaucoup apporté. Les deux missions réalisées m’ont ainsi fait découvrir un nouveau moyen de production encore peu utilisé pour la production de données de la recherche : le crowdsourcing.

Les cours suivis en Master PEEN m’ont offert un panel large mais concis de ce que j’allais pouvoir rencontrer dans ma vie professionnelle, et aussi de mieux appréhender le stage de fin d’études. Ce dernier demande tout de même beaucoup de réflexion, de « débrouillardise » et d’auto-formation. Nous travaillons avec des outils que nous devons comprendre et faire comprendre. Il est donc intéressant de prendre part au développement informatique pour parfois mieux apprécier les possibilités et limites à présenter aux chercheurs, puisque nous sommes, pour la plupart, issus d’une formation orientée recherche.

Je remercie toute l’équipe professorale pour cette année riche en nouvelles connaissances. Je suis reconnaissante envers mes camarades de promotion, lesquels m’ont permis d’avoir une année agréable tant dans le côté amusement que dans le côté sérieux du Master. Je remercie enfin mes tuteurs de stage, Thomas Lebarbé et Elisabeth Greslou, qui m’ont offert un stage très intéressant aussi bien dans les connaissances techniques que littéraires.

En ce qui me concerne, j’ai beaucoup aimé cette pratique informatique et je souhaite me tourner vers ce domaine en espérant pouvoir m’investir dans le développement de nouveaux outils pour la recherche.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *