Patrimoine écrit et édition numérique

NUMERISATION

Depuis sa création en 1956, le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance accueille, dans un ancien hôtel particulier du centre de Tours, des chercheurs de toutes les disciplines travaillant sur la Renaissance. De l’histoire à la littérature, en passant par la musicologie, la philosophie, l’histoire de la peinture ou l’histoire du livre, la qualité de la production scientifique du Centre est reconnue à l’échelle internationale. C’est dans ce cadre qu’a été développée une recherche approfondie sur le document numérique appliqué aux imprimés et manuscrits anciens.

Cette compétence spécifique a servi de base à la création, en 2004, d’un Master professionnalisant accessible en M2 et fondé sur la notion de « patrimoine écrit », notion qui comprend toutes les formes de livres, anciens ou modernes, illustrés ou non, et qui inclut la connaissance de tout ce qui est de l’ordre graphique. Le CESR, mettant à profit son expertise dans le domaine de la numérisation des documents patrimoniaux, a défini le cœur de cette formation dans l’articulation entre cette notion de patrimoine écrit et les formes nouvelles d’édition numérique. Le CESR a ainsi élargi son offre de formation à des étudiants qui se spécialisent sur d’autres périodes et qui s’intéressent à d’autres types de documents.

Les connaissances acquises au cours de cette formation pourront être exploitées aussi bien dans les filières professionnelles apparentées (archivistique, conservation, édition classique et numérique) que dans la recherche fondamentale. L’écrit y est envisagé dans ses dimensions historique et contemporaine, mais cette approche s’articule étroitement à une réflexion sur l’avenir de l’écrit et à l’apprentissage pratique de nouvelles technologies qui façonneront cet avenir. La formation permet ainsi aux étudiants de participer activement à l’élaboration de produits destinés à la diffusion (par exemple à travers le programme de recherche « Bibliothèques Virtuelles Humanistes« ).

Un article rappelant l’étroite imbrication de la recherche fondamentale et de la pédagogie à vocation professionnalisante a été rédigé par Christine Bénévent, co-responsable du Master PEEN jusqu’en 2015, à l’occasion du colloque Patrimoines et humanités numériques : quelles formations ? de juin 2012 ; il est disponible sur HAL-SHS, ainsi qu’en téléchargement ci-dessous.

Télécharger l’article de C. Bénévent : « Patrimoines et humanités numériques »