Une expérience de stage PEEN : les éditions scolaires, un nouvel enjeu numérique

J’ai eu la chance de faire deux stages afin de terminer le master PEEN. J’ai effectué le premier aux éditions Hatier, à Paris, pendant quatre mois. Mon second stage s’est déroulé pendant deux mois à Dublin, aux éditions Gill & Macmillan.
Ces deux expériences ont été pour moi très enrichissantes et complémentaires, toutes deux se situant dans le milieu de l’édition scolaire, et en particulier de l’apport du numérique dans les pédagogies d’apprentissage des langues.

1. Les éditions Hatier

Aux éditions Hatier, j’ai rejoint l’équipe éditoriale qui travaillait sur un nouveau manuel d’anglais pour le niveau 6e. Ma principale mission a été de gérer les exercices multimédias associé à ce manuel, mais il m’a été donné de participer à toutes les tâches éditoriales : relecture de manuscrit, préparation de copie et de scripts pour les enregistrements audio, vérification des médias audio et vidéo, relecture typographique du « bon à tirer » ainsi que la coordination avec les auteurs, l’illustrateur et les autres services éditoriaux tels la prépresse ou le marketing.

J’ai ainsi pu prendre part au projet de manière globale. Concernant les exercices numériques, j’ai participé au manuscrit et j’ai entièrement géré la commande d’illustrations dont nous avions besoin. L’intégration du texte sur le nouvel outil numérique s’est réalisée très naturellement, grâce aux cours d’édition Internet reçus au second semestre du master. Bientôt, je suis devenue la référente de l’outil au sein de l’équipe, ce qui m’a apporté à la fois indépendance et responsabilités. J’ai été à même de pouvoir critiquer de manière objective l’outil informatique utilisé, et de prendre part à des réunions à ce sujet.
Dans la partie numérique, j’ai également préparé le fichier pour créer une version ebook du manuel, le MIE (Manuel Interactif Enrichi), et j’ai vérifié que tout fonctionnait (liens, vidéos, sons, agrandissement des images, etc) par la suite.
J’ai également apporté mon aide au cours de l’élaboration du livre du professeur, le fichier pédagogique. Du premier manuscrit au BAT, j’ai été amenée à donner mon avis, suggérer des reformulations de phrases et effectuer toutes les vérifications finales. Tout cela n’a pu se faire sans des réflexions autour de la pédagogie, notamment celle de l’apprentissage des langues à l’école. Linguiste de formation, c’est avec un vif intérêt que je me suis penchée sur ces questions et que j’ai été à même d’avoir un regard critique sur les préconisations européennes à ce sujet (CECRL – Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues).
Ce stage m’a permis de découvrir concrètement ce qu’était le monde de l’édition. J’y ai gagné une vision globale de toutes les étapes de réalisation d’un livre, et j’ai découvert le marché de l’édition scolaire. Celui-ci étant « prescrit » pour le besoin des élèves, il répond à une logique différente de celle de la littérature classique. Ce monde particulier n’a de cesse d’évoluer avec les réformes ministérielles l’apparition de nouvelles pédagogies et la nécessité actuelle d’utiliser le numérique, dont il faut savoir s’adapter. Mon passage chez Hatier m’y a parfaitement préparé.

2. Gill & Macmillan

Mon projet professionnel à l’entrée dans ce master était la promotion des langues et des cultures à travers le patrimoine écrit, et notamment l’édition. Mon premier stage chez Hatier s’est très bien greffé à ce projet, mais j’en voulais davantage. Qui suis-je, me demandais-je au début d’année pendant la recherche de stage, pour vouloir promouvoir les langues si je ne suis pas capable moi-même de prouver que je suis à l’aise en milieu plurilinguistique ? C’est pourquoi j’ai cherché à effectuer un second stage à l’étranger.
Chercher un stage dans un autre pays, et dans une autre langue qui plus est, n’est pas une chose aisée. Le plus gros défi lors de la rechercher est de toujours y croire et ne pas abandonner : les efforts finissent par payer. En effet, une maison d’édition irlandaise a finalement accepté de me prendre pour un stage non-payé de deux mois.
Chez Gill & Macmillan, en plus d’améliorer considérablement mon anglais parlé, j’ai ainsi pu découvrir le fonctionnement de l’édition scolaire en Irlande. J’ai pu remarquer de nombreuses similitudes avec le travail en France, mais également quelques différences, comme la répartition des tâches entre les services et les personnes, ou l’utilisation du numérique.
Ma mission principale a été d’assister un éditeur dans la réalisation d’un manuel de français pour une seconde année d’apprentissage (la tranche d’âge des élèves correspondant à une classe de 3e en France). Avec l’habituelle préparation de copie, j’ai donc été amenée à vérifier les points de grammaire et de civilisation, mais aussi préparer des outils numériques pour les professeurs (PowerPoints, exercices numériques, etc).
Une autre de mes missions fut de gérer l’envoi de manuels électroniques à des élèves avec situation médicale (dyslexie, handicap physique ne permettant pas de porter un cartable…) qui doivent utiliser des logiciels de lecture de caractères à voix haute.

Ces deux missions principales m’ont permis de me rendre compte de l’utilisation du numérique dans l’édition scolaire en Irlande, notamment pour la logique de création et d’utilisation de manuels électroniques et d’exercices multimédias. Cette constatation vient s’ajouter à mes observations et mes connaissances du monde numérique français : mes deux stages ont donc été totalement complémentaires. D’une part, le stage en France m’a permis d’entrer dans le monde particulier de l’édition scolaire, et d’y réaliser que c’est exactement ce que je voulais faire. D’autre part, mon stage en Irlande aura non seulement consolidé ma première expérience, mais m’aura également appris beaucoup de choses sur la pédagogie de l’apprentissage du français comme langue étrangère. Ces deux expériences entrent donc parfaitement dans le projet professionnel qui est le mien depuis le début : la promotion des langues et des échanges culturels.

Je ne saurai qu’encourager les expériences à l’étranger. C’est évidemment un défi, mais le résultat, si le tout est préparé logiquement en fonction de son projet, est plus que satisfaisant. On vient de me proposer de rester plus longtemps en Irlande, et bien que ce ne soit que pour un contrat d’un mois, cela sera un véritable atout sur mon CV et de ce fait, je ne suis pas inquiète quant à mon futur après le CESR.

 

Audrey Poulat
Master PEEN 2014-2015
audrey.poulat@gmail.com


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search