Un bilan des stages du master PEEN

La semaine des soutenances des rapports de stage vient de s’achever pour le master PEEN. À la veille de céder ma place de coordinatrice de cette formation, j’aimerais tirer un rapide bilan de cette 12e promotion.

Homogénéité des missions : vers les humanités numériques

Ce qui frappait, cette année, c’était la très grande homogénéité des missions de stage. Quand le master a été créé, en 2004, à l’initiative de Marie-Luce Demonet, c’était avec l’intuition qu’allaient se développer ces démarches qu’on ne qualifiait pas encore d’humanités numériques ; mais le master bénéficiait aussi, au prix d’un léger malentendu, de ce qu’il restait d’attractivité dans les formations créées en masse dans la décennie précédente autour des « métier du livre ». Pendant des années, les stage des étudiants choisissant cette formation se partageaient entre édition d’une part, bibliothèques d’autre part, avec un volet souvent minoritaire d’assistance à la recherche. En 2016, tous les stages sans exception relèvent des « humanités numériques », ou plus exactement de l’ensemble de ces tâches qui se situent à l’interface entre l’ingénierie purement technique et informatique, et les métiers plus traditionnels de la recherche universitaire et de la conservation patrimoniale du document.

Homogénéité des outils : XML, TEI, EAD, XSLT

Cette proximité des missions et des contextes des stages offerts à nos étudiants conduit assez logiquement à une relative homogénéité des démarches qu’ils ont eu à mettre en œuvre. C’est une aubaine pour une équipe pédagogique : cela peut en effet conduire à resserrer la formation sur l’enseignement de techniques dont on observe qu’elles se répandent dans les usages. À cet égard, imposer aux futurs étudiants PEEN d’assister aux soutenances de la promotion précédente serait sans aucun doute une bonne idée : non seulement ils se feraient une idée plus naturelle des compétences qu’ils auront acquises en fin d’année, mais ils pourraient aussi et surtout bénéficier des conseils que le jury serine à longueur de soutenance. Ils se familiariseraient surtout avec les notions qui forment le cœur de la formation.

Le trio de tête dans ce domaine est constitué des acronymes XML, TEI, EAD. Qu’il s’agisse de proposer des transcriptions de chartes anciennes sur le site d’archives municipales, de travailler à une plateforme d’édition critique collaborative pour étudiant et chercheurs, ou de mettre en ligne un inventaire d’outils agricoles retrouvés sur des sites archéologiques gallo-romains, les missions confiées à nos étudiants comportaient presque systématiquement une phase d’encodage en XML – version TEI pour les documents textuels longs, version EAD dans les cadres archivistiques, parfois les deux dans les cas où des contraintes locales imposaient des exigences contradictoires. Dans tous ces cas, une initiation aux feuilles XSLT permettant le mapping d’un standard dans un autre s’impose : c’est un des chantiers qui s’ouvre pour la nouvelle équipe du master PEEN.

Les étudiants du CESR se trouvent ici en position de force : en effet, le programme de recherches Bibliothèques Virtuelles Humanistes, pionnier dans l’usage de la TEI à des fins d’édition scientifique de textes anciens, est à l’origine même du master, et le XML y est enseigné, aussi bien que la TEI appliquée aux textes de la renaissance, ou l’EAD pratiquée en archives. On peut cependant s’interroger sur le « mouvement de mode » que peut parfois représenter le choix d’un balisage XML par certaines structures, qui reconnaissent avoir proposé à nos étudiants une mission « exploratoire », « pour voir ». Les étudiants se retrouvent alors en position de devoir « tester » la pertinence de l’encodage XML-TEI sur des objets, des corpus voire des problématiques qui auraient peut-être pu connaître un traitement plus efficace par le biais d’une démarche très différente.

Se recentrer sur les objets

De sorte que la série des soutenances qui viennent d’avoir lieu a conduit les membres du jury (merci à Sandrine Breuil, Laurent Gerbier, Rémi Jimenes, Alice Loffredo-Nué, Jean-Yves Ramel, Toshinori Uetani, ainsi qu’aux tuteurs professionnels qui se sont déplacés pour venir évaluer « leur » stagiaire) à reformuler à l’identique quelques principes fondamentaux qui devraient guider les choix pédagogiques de l’équipe nouvelle.

La spécificité d’un ingénieur d’études en humanités numériques réside bel et bien dans sa capacité à se situer à l’interface entre techniciens de l’informatique (développeurs, ingénieurs réseaux) et chercheurs et conservateurs dont l’activité se déploie dans le vaste domaine des humanités. Il ne s’agit donc pas pour nos stagiaires de foncer tête baissée dans la technique, encore moins de se transformer en « mini-développeurs » informatique, ce pour quoi leurs capacités sont très limitées. Leur compétence se situe ailleurs, dans la capacité à traduire les désirs et besoins des chercheurs, des conservateurs, des directeurs de musées et d’institutions patrimoniales, de telle sorte qu’ils puissent être compris par des informaticiens qui seront capables de produire ou adapter les solutions techniques ad hoc. En sens inverse, ils doivent savoir comprendre les processus mis en œuvre par les techniciens, de telle sorte qu’ils puissent les reformuler dans la langue de travail des donneurs d’ordre : en termes d’ergonomie, de service, de budget.

Pour cela, le cœur de la réflexion des étudiant issus du master PEEN doit bel et bien être l’objet et le contexte dans lequel se déploie le stage – et surtout pas la technique informatique. Rien ne sert de se ruer sur la TEI, ou les modalités d’élaboration d’une feuille de transformation de tel standard dans tel autre : il faut au préalable analyser l’objet, le comprendre dans toutes ses implications, faire formuler et reformuler soi-même les attentes explicites mais aussi implicites des professionnels qui ont passé commande d’un outil spécifique, avant de commencer à réfléchir aux solutions qui pourraient être proposées, de réaliser un état de l’art méticuleux et sans a priori, puis d’élaborer planification et cahier des charges dessinant les contours d’une collaboration entre scientifiques ou conservateurs et informaticiens. C’est à ce prix que les divers intervenants seront satisfaits, et que la solution, en définitive sera opérationnelle.

Nous avons donc encouragé nos étudiants, successivement, à s’intéresser davantage à Montesquieu qu’à la structuration en XML lorsqu’il s’agissait de réfléchir à une modalité d’édition critique en ligne des œuvres complètes du grand philosophe français ; à s’interroger plus en profondeur sur l’intérêt de baliser le registre de comptes d’un château du XVIe siècle, eu égard aux usages qui seraient faits de ce document, avant de se précipiter sur les tâches de balisage elles-mêmes ; à penser aux publics, aux usages, aux fonctionnalités d’une mise en ligne d’ouvrages astronomiques anciens ou de chartes médiévales. Bref : à se poser des questions simples (quoi ? quand ? pour qui ? pour quel usage ?) sans jamais penser que la maîtrise d’une technique est a priori une réponse.

Certains stages se sont mieux déroulés que d’autres : parce que certains étudiants étaient plus armés, ou d’un naturel plus adaptable, parce que certaines missions étaient plus simples, ou plus proches de modèles qui pouvaient être réutilisés. Mais d’une manière générale, nous avons pu constater que le stage était d’autant plus réussi, donnait d’autant plus de satisfaction à l’étudiant comme à sa structure d’accueil, qu’il avait donné matière à un dialogue abondant. En effet, le stagiaire ne peut jouer son rôle d’interface que… s’il est en contact réel et intense avec les personnes qui sont à l’origine de la commande : les chercheurs qui produisent ou utilisent les données à mettre en ligne, ceux qui ont besoin d’un outil qui décuplera l’efficacité de leur recherche, les médiateurs qui ont le souci de mettre en valeur des ressources patrimoniales dans un objectif qu’ils savent expliciter concrètement. À cet égard, nos étudiants les plus heureux sont ceux qui ont été accueillis dans des structures où règne ce compagnonnage entre les métiers, cette ouverture et ce dialogue qui permettent les avancées collectives. Merci à toutes les institutions qui nous ont fait confiance, qui ont accepté d’accueillir un de nos étudiants afin de contribuer à sa formation, qui ont donné de leur temps pour leur expliquer leurs métiers et leurs attentes, qui ont fait preuve de patience et de générosité.

Je cède désormais la coordination de ce master, que j’ai partagée de nombreuses années avec Christine Bénévent, à une équipe chevronnée : Chiara Lastraioli et Jean-Yves Ramel pour les directions stratégiques, Sandrine Breuil et Rémi Jimenes pour la coordination pédagogique. Je leur souhaite autant de plaisir que j’en ai eu à co-encadrer cette formation exigeante mais passionnante !


Cécile Boulaire

maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Clotilde F. dit :

    Merci encore pour tout votre investissement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *