Une expérience de stage PEEN : édition XML-TEI et gestion du projet OUTAGR au sein du Laboratoire Archéologie et Territoires

J’ai effectué un stage de trois mois au sein du Laboratoire Archéologie et Territoire du 7 mars au 10 juin 2016 sous la direction d’Olivier Marlet, ingénieur d’étude au CNRS. Le LAT (Laboratoire Archéologie et Territoires) est une équipe de recherche dépendant de l’UMR CITERES qui se situe à Tours Sud, dans le quartier des Deux Lions.

Cette équipe de recherche a pour domaine d’étude l’analyse de l’inscription des sociétés dans un environnement à partir d’études archéologiques ou encore l’étude des relations qu’entretenaient les sociétés avec l’espace. Ces thèmes sont abordés par le biais de plusieurs branches de l’archéologie, notamment l’archéologie du bâti, la zoo-archéologie, la céramologie, la géomorphologie mais aussi l’histoire. Le stage portait sur un corpus de document contenant notamment un inventaire des sites comportant de l’outillage agricole pendant la période gallo-romaine, il a été le principal objet du travail du stage. L’inventaire se présente originellement sous la forme d’un document Word, au format .docx, de 400 pages contenant 2729 entrées. La mission de stage consistait en l’édition XML-TEI du corpus afin de pouvoir réaliser une édition électronique mise en ligne avec le logiciel libre PLEADE et de mettre en place un instrument de recherche pour le rendre exploitable. Plus précisément, le stage avait pour but de mettre en place le protocole d’édition en ligne du corpus, la gestion du projet et à le réaliser techniquement. La taille du corpus et sa densité nécessitaient la création d’un instrument de recherche qui soit aisément utilisable tout en permettant une connexion entre l’inventaire et la bibliographie par le biais des références bibliographiques.

Les aspects techniques de la réalisation du projet

La première partie du stage consistait en l’édition XML-TEI de l’inventaire et de la bibliographie. La TEI est à la fois un langage se basant sur la technologie du XML et un ensemble de recommandations pour la description et la structuration des textes en sciences humaines. Ce langage s’est aujourd’hui imposé comme le standard pour l’édition numérique et particulièrement pour la publication des sources primaires. La TEI a été adoptée par de nombreuses structures dans le cadre d’une chaîne éditoriale, telles Les Presses Universitaires de Caen. Elles ont d’ailleurs intégré le langage XML pour l’ensemble de leur production, car il est considéré comme une solution adaptée aux grandes fonctions de l’édition scientifique.

Le LAT n’ayant au moment de mon stage jamais réalisé d’édition électronique en utilisant la technologie XML-TEI, il n’a pas été possible de s’appuyer sur une chaîne éditoriale existante. Il a donc été nécessaire d’en mettre une en place en créant notamment un TeiHeader (entête de document contenant les métadonnées descriptives de la ressource) et un schéma spécifiques au projet. Cet aspect était d’autant plus important dans le cadre de mon stage, qu’il avait pour but de servir de base pour d’autres projets de l’équipe de recherche qui nécessiteraient l’utilisation de la TEI. Dans le cadre du projet, l’une des difficultés a été de réussir à adapter un modèle valide TEI à un objet appartenant au domaine de l’archéologie, mais la flexibilité du vocabulaire TEI a rendu cela possible.

Une fois l’inventaire encodé en XML-TEI, il a été nécessaire de le passer au format XML-EAD (Encoded Archival Description, vocabulaire dédié à la description de documents d’archives), qui est le seul accepté par le logiciel Pleade. J’ai réalisé cette opération par le biais d’un filtre XSLT (Exstensive StyleSheet Language Transformation) qui permet de transformer le format d’un fichier en un autre type de format. Une fois le fichier passé au format XML-EAD, il a été possible de l’importer sur le logiciel Pleade. Le site internet mis ensuite en place intègre à la fois  le corpus en accès direct et un instrument de recherche permettant de le consulter en réalisant notamment des recherches croisées. Le site est aujourd’hui dans une version prototype mais est tout à fait fonctionnel et sera bientôt mis en ligne.

SIte

La gestion de projet

J’ai eu la charge de gérer le projet par moi-même mais également d’en assurer la très grande majorité de la réalisation technique. Il me revenait donc la tâche de prendre les différentes décisions quant à la réalisation technique du projet et la mise en place d’un calendrier notamment.

Concernant la communication autour du projet, il a été décidé de réaliser plusieurs livrables que j’ai dû mettre en place au cours de mon stage. Ces livrables avaient pour objectif de faire rentrer ce stage dans les expériences du LAT, notamment par la création d’un livret résumant tout le protocole suivi au cours du projet. J’ai également créé un TeiHeader spécifique au LAT qui pourra être réutilisé dans le cadre d’autres projets mettant en jeu cette technologie J’ai pu présenter le résultat de la fin du projet à l’ensemble de l’équipe du LAT, notamment une première version du site.

Le stage m’a permis de rentrer en interaction avec un certain nombre d’acteurs des humanités numériques, notamment Pierre-Yves Buard (chargé d’édition aux Presses Universitaires de Caen) qui a été d’une aide précieuse concernant l’utilisation du logiciel Pleade. J’ai également longuement échangé avec Jorge Fins (ingénieur d’études à la MSH Val-de-Loire) sur des questions tournant autour du XML. Enfin j’ai pu assister durant mon stage à un atelier sur l’utilisation de XXE XMLmind Editor (création d’interfaces, masques de saisie) et le développement d’un logiciel pour le compléter (module de saisie collaboratif Pluco). Cet atelier, basé sur les travaux menés par le pôle numérique de la MRSH de Caen et bénéficiant du soutient de l’Equipex Biblissma, et organisé par le programme “Bibliothèques Virtuelles Humanistes” (BVH) du CESR, s’est tenu à Tours. Animé par Pierre-Yves Buard, l’atelier comprenait Jorge Fins (MSH Val de Loire), Mathieu Duboc, Sandrine Breuil et Guillaume Porte (tous trois alors ingénieurs d’études au CESR-BVH). J’ai également pris contact avec d’autres professionnels des humanités numériques par le biais de listes de diffusion et de forums spécialisés.

Après le stage

Le stage que j’ai réalisé au LAT m’a permis de renforcer un certain nombre de compétences et de connaissances abordées au cours de l’année de master 2 PEEN notamment XML-TEI ou les langages permettant l’édition internet. J’ai acquis grâce à ce stage, de nouvelles compétences par le biais d’une autoformation au cours du stage, pour répondre aux besoins du projet, tel le XML-EAD. Il m’a également donné l’opportunité d’obtenir une expérience de la gestion de projet en laboratoire de recherche. Ce stage m’a permis d’en avoir une véritable expérience et a confirmé mon goût pour le travail en laboratoire de recherche dans le cadre des humanités numériques.

A la suite du stage, j’ai eu la chance de me voir proposer par le LAT, un CDD de un mois en septembre 2016 afin de travailler sur un autre projet dans la même lignée que celui déjà réalisé durant ce stage de Master 2 PEEN.

Ossant Rémi

Promotion M2 PEEN 2015-2016

ossantr@gmail.com


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search