Une expérience de stage PEEN : projet de renouvellement et mise en ligne de l’édition papier des Œuvres complètes de Montesquieu à l’IHRIM

Du 14 mars au 14 juin 2016, j’ai pu effectuer un stage à l’IHRIM (Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités – UMR 5317). Sise dans les locaux de l’École normale supérieure à Lyon, cette UMR est issue de la fusion, au 1er janvier 2016, du LIRE (Littérature, idéologies, représentations, XVIIIe-XIXe siècles) et de l’IHPC (Institut d’Histoire de la Pensée classique). Plus précisément, mon stage s’est déroulé au sein du projet Montesquieu, dirigé par Madame Catherine Volpilhac-Auger. J’y ai également travaillé avec Mesdames Valérie Beaugiraud, chargée de ressources documentaires et Denise Pierrot, chargée d’édition.

Mon sujet de travail était le renouvellement de l’édition papier des Œuvres complètes de Montesquieu, qui sera entièrement accessible en ligne sur le site “Montesquieu bibliothèque & éditions”. L’édition papier, une fois achevée, comportera vingt-deux volumes. Le premier, Correspondance I, est paru en 1998. La prochaine étape est la publication du tome 17, Extraits et notes de lecture II, dans le courant de l’année 2016.

Les missions qui m’ont été attribuées au cours de cette expérience étaient les suivantes :

  • L’analyse de la structuration de l’édition papier
  • La réalisation d’un état de l’art et d’un cahier des charges
  • L’établissement de maquettes de navigation
  • La structuration des textes en XML-TEI

J’ai ainsi commencé à étudier la structure des textes qui composent l’édition papier. Les volumes sont denses, complexes, et leur publication s’étend dans un laps de temps assez long. En plus de cela, la difficulté résidait dans la grande hétérogénéité des œuvres de Montesquieu, qui peuvent se décomposer en neuf grandes catégories : L’Esprit des lois, Discours et mémoires académiques, textes apparentés, Œuvres historiques, politiques, scientifiques, esthétiques, Fictions, poésies, œuvres de circonstance, Voyages, Recueils, Correspondance et Textes d’attribution incertaine. Pour cette première étape, j’ai repris la structure de chaque volume et des œuvres qui les composent, avant d’extraire les différents niveaux de titres dans le but de faciliter par la suite la structuration XML des textes. Je me suis par la suite penchée sur les principes d’éditions qui régissent l’édition papier. Si beaucoup de ces principes sont communs à toutes les œuvres, chacune d’entre elles connaît néanmoins ses propres spécificités. On peut citer par exemple Geographica, qui présente des emprunts à des textes d’autres auteurs, qui sont soulignés dans le texte de Montesquieu. Dans certaines œuvres se trouvent aussi des mots biffés, des passages surlignés… Autant de diversités qui nécessitent pour chaque œuvre un travail bien spécifique.

Exemple de texte présentant à la fois une pagination factice et des passages soulignés (extrait de Geographica).

Exemple de texte présentant à la fois une pagination factice et des passages soulignés (extrait de Geographica).

J’ai ensuite établit un état de l’art, c’est-à-dire un document constitué des informations disponibles, des connaissances techniques accessibles en lien avec le projet que l’on souhaite réaliser, il fait état de l’existant. Ici, l’état de l’art portait sur les éditions en ligne. J’ai ainsi sélectionné neuf sites différents, qui proposaient une œuvre ou un corpus littéraire en ligne. Il était intéressant de relever la structure de ces sites, et de pouvoir se rendre compte qu’ils comportent souvent les mêmes outils de recherche et le même système d’analyse. J’ai pu ensuite réaliser un cahier des charges, document de référence qui présente les besoins auxquels une équipe doit répondre afin de mener à bien son projet. Mon cahier des charges présente le projet, le public cible du site et les objectifs de celui-ci, puis son arborescence, qui présente ce que l’on peut trouver sur chaque page du site. Je me suis ensuite intéressée au contenu du site, divisé en trois segments, consacrés aux trois onglets sur lesquels j’ai effectué mon travail : les œuvres complètes, la recherche et les outils. Pour chacun d’entre eux j’ai spécifié les fonctionnalités nécessaires, et les pages de la maquette de navigation qui leur sont dédiées. Une dernière partie est dédiée aux fonctionnalités spécifiques par œuvre, et les choix graphiques établis pour le site.

Ces différentes tâches m’ont permis de réaliser des maquettes de navigation sur le logiciel de PAO InDesign. Son intérêt est d’avoir un aperçu clair de ce que sera la navigation sur le site, et les possibilités qu’offre ce dernier. En me basant sur l’existant du site, j’ai ainsi réalisé chaque page : par exemple, les différentes possibilités de recherche, l’entrée dans les différentes catégories et les menus des œuvres, ou encore la présentation des notes et des variantes dans les textes.

Court extrait d’un document XML que j’ai produit à partir des styles utilisés dans les textes de l’édition papier.

Court extrait d’un document XML que j’ai produit à partir des styles utilisés dans les textes de l’édition papier.

Les dernières versions de la maquette ne présentaient pas de grands changements de l’une à l’autre, mais de simples réglages. J’ai ainsi pu commencer à me pencher sur la structuration en XML-TEI. J’ai commencé par convertir les fichiers de texte des œuvres, en format .docx, en document TEI P5 XML grâce à l’outil OxGarage Conversion, qui permet de faire passer tous types de documents au XML via des XSL préprogrammés. Une fois cette conversion effectuée et le fichier ouvert grâce au logiciel d’édition XML Oxygen, j’ai extrait les styles utilisés. J’ai ensuite produit un schéma personnalisé TEI par le biais du site TEI Roma.  J’ai ainsi sélectionné les modules nécessaires au schéma. Les modules regroupent plusieurs éléments, qu’il est possible d’inclure ou d’exclure selon ce que l’on souhaite réaliser. Une fois le schéma créé, il suffit de l’intégrer à un fichier XML afin d’avoir un document valide structuré en TEI.

Ce stage à l’IHRIM m’a beaucoup apporté. J’ai pu réutiliser de nombreuses compétences apprises au CESR, et en apprendre de nouvelles grâces aux différentes tâches que j’ai menées. Le projet Montesquieu était de plus en lui-même passionnant, et l’équipe avec laquelle j’ai travaillé s’est montrée extrêmement prévenante. Grâce à ce stage j’ai pu mieux comprendre ce que j’aimais faire, les connaissances qui me manquaient encore et la voie dans laquelle je souhaiterais poursuivre, l’aide à la recherche.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search