Expérience de stage PEEN : communication & quotidien au sein d’une librairie ancienne

J’ai réalisé mon stage de fin d’études au sein de la librairie ancienne Gaëlle Cambon, pour une période de quatre mois. Le domaine du livre ancien, si spécifique, m’était totalement inconnu, et j’avais hâte de le découvrir. Mes missions étaient les suivantes : m’occuper de la communication, quotidiennement mais également lors de manifestations spécialisées tels que les salons bibliophiliques, et s’acquitter de toutes les tâches habituelles que rencontre un libraire ancien.

La communication

Le travail de communication a été très varié, passant par plusieurs supports. Au quotidien, les réseaux sociaux Facebook et Instagram étaient utilisés, Gaëlle Cambon ne les ayant pas du tout exploités jusqu’alors. Le résultat fut mitigé. Pour l’instant, le compte Instagram de la librairie fonctionne mieux que la page Facebook. J’ai également contribué à la préparation de plusieurs catalogues, ou newsletter, envoyés environ tous les mois aux clients. Indispensable pour vendre les livres, ils demandent un temps conséquent de travail : mise en page des numéros sélectionnés, chacun comportant une fiche descriptive et une ou plusieurs photos de l’ouvrage, obligatoirement retravaillées. D’ailleurs, il faut aussi en réaliser pour les salons bibliophiliques, qui selon leur importance, ont besoin d’un ou plusieurs catalogues, ainsi qu’une communication un peu plus poussée (des encarts présentant les ouvrages par exemple). Ce fut le cas pour le Salon International du Livre Rare et de l’Objet d’Art, qui s’est déroulé du 13 au 15 avril 2018, auquel j’ai eu la chance de participer, ainsi que le salon de la bibliophilie et du livre ancien place Saint-Sulpice à Paris, fin mai.

Les tâches du quotidien

En dehors de la préparation des salons et catalogues, une autre mission était à remplir : la tenue de la boutique. C’était l’aspect que j’appréhendais le plus, n’ayant pas d’expérience dans le commerce. Finalement, je pris peu à peu confiance en moi et me sentis plus à l’aise. Je me rendis compte que j’appréciais conseiller les clients, échanger avec eux sur les livres, effectuer des ventes. La tenue de la boutique passe également par l’entretien des locaux : refonte régulière de la vitrine et des ouvrages présentés, réalimenter les ouvrages à bas prix. S’occuper d’un magasin et de sa clientèle est très chronophage, surtout quand d’autres missions sont à effectuer. La réalisation de fiches descriptives en fait partie. Base du métier, car essentielle à la marchandisation d’un ouvrage, je qualifierais ce travail comme complexe à réaliser, mais très enrichissant. En effet, toutes les fiches descriptives sont conçues de la même manière : auteur voire illustrateur (entre crochets) en premier, titre, lieu d’édition, éditeur, date, puis format du livre, description de la reliure et collation (description d’une édition particulière d’un livre, son nombre de pages, d’illustrations etc). Vient ensuite la partie qui selon moi est la plus intéressante : la notice. Elle permet de présenter l’auteur, l’édition, pourquoi elle a vu le jour, en combien d’exemplaires et autres. La notice est passionnante à écrire, permettant d’apprendre énormément de choses, car des recherches approfondies sont indispensables. J’en sais dorénavant un peu plus sur des auteurs et illustrateurs de la littérature XIXe et XXe siècles, matière dans laquelle Gaëlle Cambon s’est spécialisée, en plus des livres illustrés pour enfants. Après cette partie de présentation, l’état du livre est évoqué. Le livre restant une marchandise, il faut savoir le mettre en valeur, sans omettre les défauts. Un vocabulaire spécifique est utilisé, chaque partie de l’ouvrage possédant son propre terme, tout comme les défauts. Les fiches descriptives sont aussi utilisées pour la mise en ligne de certains ouvrages sur des sites de ventes spécialisés, principalement Ebay et Livre Rare Book. Contrairement aux catalogues, une douzaine de photos peuvent être insérées, et la description du livre peut être moins poussée, ce dernier étant mieux représenté. Il faut toujours avoir en tête que le but principal reste la vente. Les allers-retours à La Poste pour envoyer les colis, à la banque font également partie des tâches quotidiennes d’une librairie ancienne, tout comme la chine, c’est-à-dire la recherche et l’achat de livres chez des particuliers ou lors de déballages professionnels.

Les salons bibliophiliques

La découverte du métier ne pouvait pas être complète sans la participation à au moins un salon du livre spécialisé. J’ai pris part à deux d’entre eux, complètement différents. Le premier fut Salon International du Livre Rare et de l’Objet d’Art, au Grand Palais à Paris. Le lieu, prestigieux, attire un public bibliophile, connaisseur. Les clients les plus importants (ayant généralement reçu une invitation pour le salon) s’y rendent, et cela se ressent. L’ambiance y est « studieuse », les libraires sont apprêtés, les stands montrent les livres les plus précieux. Ce qui est moins le cas pour le deuxième salon auquel j’ai participé : le salon de bibliophilie et du livre ancien. À l’extérieur, sous des tentes blanches, les libraires se retrouvent pour manger entre deux stands. Le climat est plus détendu, les clients peuvent être de simples promeneurs, qui profitant du beau temps, se baladent au milieu des allées, ou des collectionneurs. J’ai une petite préférence pour ce salon, certainement influencée par le fait que j’y sois restée plus longtemps, et que j’ai eu la chance de rencontrer des libraires bienveillants, qui m’ont accueilli et guidé lors de l’évènement. Les salons bibliophiliques, très nombreux, rythment la vie d’une librairie ancienne. Gaëlle Cambon participe à une manifestation tous les mois environ.

Une réelle découverte

Cette expérience dans le domaine de la librairie ancienne fut une réelle découverte. Elle m’a permis de connaître une approche différente de celle que nous pouvons étudier, à savoir patrimoniale. Le livre est ici montré, mis en valeur, exposé, afin qu’il puisse être vendu. C’est une marchandise, mais il n’est en aucun cas dénigré, au contraire. Ce stage m’a montré qu’un livre n’était pas seulement fait pour rester dans le fonds d’une bibliothèque, mais qu’il pouvait être magnifié, attirant les collectionneurs. Ces derniers sont par ailleurs conscients de la valeur du bien, et le conserve précieusement. Je ressors grandi de cette expérience, où j’ai du faire preuve d’une grande autonomie, et sûre de moi : tôt ou tard, je veux travailler au contact du livre ancien.

Candice GIFFARD – Promotion PEEN 2017-2018

http://www.gaellecambon.com/wp-content/uploads/2014/12/IMG_3423-e1481627808624.jpg

Intérieur de la librairie – photo tirée du site web de la librairie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search