Historique des formations

STMARTIN

Le CESR offre une formation de niveau Master et Doctorat.

Depuis septembre 2018, une nouvelle offre de formation de niveau Master est proposée à l’École Supérieure en Intelligence des Patrimoines

L’École s’organise en deux mentions (Histoire, Civilisation, Patrimoine ; Humanités numériques) et six masters tournés vers des secteurs socio-économiques porteurs. Sa pédagogie repose sur des dynamiques scientifiques transversales, interdisciplinaires et internationales dont, par exemple, le programme Ambition-Recherche-Développement Intelligence des Patrimoines sur les patrimoines culturels et naturels (34 laboratoires et plus de 360 chercheurs de la Région) et le Pôle Alimentation (près d’une centaine de chercheurs de Tours).

Cette nouvelle formation est portée par le Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR), qui a la particularité unique en France d’être à la fois une faculté et une Unité Mixte de Recherche de réputation internationale (UMR 7323), placées sous la triple tutelle de l’université de Tours, du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et du Ministère de la Culture (MIC). Elle implique aussi directement deux autres laboratoires en archéologie (UMR CITERES-LAT) et en informatique (EA LIFAT) et plusieurs facultés de l’université de Tours. Elle peut enfin compter sur de très nombreux partenariats internes et externes, pédagogiques et professionnels, publics et privés, en France comme à l’étranger. S’adressant à un public varié, principalement issu des sciences humaines et sociales et/ou du numérique, elle propose tant l’acquisition des nouvelles méthodologies scientifiques, des savoirs fondamentaux et technologiques les plus en pointe, que la conception de projets pour des métiers d’avenir.

> En savoir plus :  https://esipat.univ-tours.fr/masters/

Historique des formations du CESR

Créé en 1956, le Centre d’études supérieures de la Renaissance est devenu l’une des huit UFR (Unité de Formation et de Recherche) de l’Université de Tours, lors de la création de cette dernière en 1970. Depuis 1992, le CESR est également une UMR (Unité Mixte de Recherche) du CNRS (UMR 7323).

Une maîtrise spécialisée « Civilisation de la Renaissance » a été créée en 2000, elle est devenue le master mention « Renaissance » habilité en 2004.

La mention « Patrimoines : écrit, matériel, immatériel » réunit alors les quatre diplômes de niveau master proposés par le Centre d’études supérieures de la Renaissance.

Cette offre de formation, fondée sur l’interdisciplinarité qui définit les activités de recherche et d’enseignement du CESR, est construite en éventail : une formation de M1 intitulée « Renaissance et patrimoines » est commune à tous les étudiants, et s’articule avec un M2 « Genèse de l’Europe moderne » orienté recherche, et deux M2 dont l’orientation est professionnalisante (« Patrimoine écrit et édition numérique » depuis 2004, et à partir de la rentrée 2012, « Patrimoine culturel immatériel », tous deux offrant un nombre de places limité à 20).

Cette architecture vise à fournir les outils intellectuels et méthodologiques nécessaires à la recherche de haut niveau, en France et à l’étranger, et à permettre l’insertion après le M2 dans les filières professionnelles de l’enseignement, de la recherche, des concours administratifs ou des métiers du patrimoine, du livre et de la culture. Elle a montré sa fécondité, depuis 2004, par la qualité des résultats obtenus et le taux d’insertion professionnelle de ses diplômés, tout en assurant la  compatibilité avec la poursuite d’études dans les filières disciplinaires classiques, notamment pour la préparation des concours concernant les étudiants en histoire, philosophie, lettres, langues, musicologie.

Par ailleurs, la mention s’intègre dans un réseau européen comprenant notamment des centres de recherche et d’enseignement supérieur à Londres, Bologne, Ravenne, Berlin, Louvain, Budapest, Liège, et Salamanque. Ce réseau permet aux étudiants de suivre au moins un semestre de cours ou de stage dans l’un des autres établissements.

En 2011-2012, le CESR comptait 70 étudiants de Master (35 en M1, 15 en M2 « Genèse de l’Europe moderne », 20 en M2 « Patrimoine écrit et édition numérique »).